Le « burnout » ou l’appel au réveil

Vous vous réveillez un matin, un matin comme les autres. Vous vous préparez à vivre une journée normale avec votre programme habituel. Oui mais ce matin, vous ne savez pas pourquoi, tout est différent. L’idée de vous diriger vers cette journée semblable à tant d’autres vous paraît soudain si étrange, si insensée. La réalité a comme perdu de sa substance. Vous vous sentez presque flotter au-dessus de cette réalité qui vous semble tout à coup floue, morose, dénuée de saveur. Vous vous sentez tout à la fois en dehors des choses, un peu anesthésié, et tiraillé de l’intérieur par de multiples voix dont vous ne comprenez pas le langage. La seule chose dont vous êtes sûr : tout cela est très inconfortable. Tous les repères auxquels vous aviez l’habitude de vous référer semblent maintenant insignifiants, caduques, voir carrément à côté de la plaque. Et plus vous tentez de vous y accrocher, plus vous tentez de retrouver un sens à tout ça, une raison de continuer sur cette voie, plus les repères s’effritent sous vos doigts. Ce qui avait du sens n’en a plus. Une vague d’une extrême violence vous traverse et fait voler en éclat tous les schémas établis.

Cette période est très inconfortable car c’est effectivement la mort de quelque chose. Une plongée dans les profondeurs de l’inconnu. Ce que j’entends dans le terme “burnout” c’est que quelque chose est brûlé. Etant donné les symptômes d’apathie et d’épuisement qui accompagnent fréquemment ce phénomène, une des explications données est que ce sont vos réserves d’énergies, de motivation, d’élan qui sont épuisées. Si cette raison est vraie, je crois également qu’il y a une raison plus profonde. Le feu est un régulateur qui permet de brûler les anciennes structures et ainsi fournir de l’engrais pour les nouvelles. Car le burnout, comme tous les processus de transition, s’apparente au schéma mort-renaissance. Il va donc y avoir un deuil à traverser avant de fleurir à nouveau.

Observez autour de vous, souvenez-vous… Nous vivons sur une planète où toute vie est régie par des lois naturelles. Une des lois les plus importantes est la loi des cycles. Observez, souvenez-vous… Tout est cycle autour de vous. L’alternance du jour et de la nuit, des saisons, les cycles lunaires… Il est naturel d’évoluer, il est naturel de changer. Il n’y a rien de constant dans la nature, si ce n’est le mouvement permanent, le changement immuable. L’homme, par ses efforts considérables pour se hisser hors de portée des lois naturelles, a oublié que son corps et son être tout entier sont régis par cette loi universelle du mouvement cyclique permanent. Notre regard sur le monde, nos aspirations, nos aptitudes et nos compétences, tout cela évolue avec nous de façon naturelle suivant les différents cycles de la vie. Oublier cela revient à entraver notre processus naturel d’évolution et donc de vie.

Il est fréquent à notre époque d’entraver ce processus. Nous avons tous grandi avec l’idée “qu’obtenir une situation stable” était la priorité pour une vie réussie. Et puis, en fonction de notre contexte familial, social et de notre histoire, nous avons construit une gamme de personnages que nous enfilons comme des costumes au gré des situations. Ces personnages ont de multiples visages, de l’employée ponctuelle et dévouée à la mère de famille créative et impliquée, au conjoint plein d’humour toujours prêt à organiser un barbecue… Chacun a sa collection. Ces personnages, ou plutôt ce personnage multifacettes, est comme une structure qui nous permet d’interagir avec les autres à partir de certaines références et conclusions puisées dans notre vécu personnel. Il est comme un programme informatique pour lequel les mêmes causes vont produire les mêmes effets. Ce programme n’agit pas, il réagit de façon automatique et prévisible. Il présente l’avantage de nous assurer de rester dans des zones d’expérience connues, ce qui ne veut pas dire confortable ou épanouissantes, simplement connues. Ce qui est connu est rassurant pour notre personnage car notre personnage ne sait pas créer. Il ne sait que copier coller.

Ce personnage a une fonction, celle de protéger notre être profond des aléas de la vie tels que les jugements extérieurs, la souffrance affectives et autres déconvenues. Nous le construisons au fil de nos expériences, en fonction des croyances de ceux qui nous entourent et de notre propre vécu. Là où le déséquilibre s’installe, c’est lorsque dans notre quête effrénée de sécurité nous confions les rênes de notre vie à notre personnage. Celui-ci possède un champs de vision très restreint, il est conçu pour être l’assistant de notre être profond, pas le chef. Notre personnage n’a aucune capacité à créer, seule notre être véritable le peut. Laisser la barre à son personnage revient à laisser un programme automatique prendre les décisions pour vous. Cette situation est très courante et est le résultat d’une perte de votre identité véritable. Nous nous investissons tellement dans la construction d’un personnage adapté qu’il n’est pas rare de perdre de vue que nous ne sommes pas ce personnage. Il est un costume nous permettant de nous intégrer dans telle ou telle situation. A partir du moment où nous identifions à notre personnage, nous sommes obligé de mettre de côté un certain nombre d’aspects de nous qui ne colleraient pas avec les caractéristiques que nous avons sélectionnées pour ce personnage. Cela ne veut absolument pas dire que ces aspects n’existent pas, cela veut simplement dire que nous les masquons. Nous entravons alors fortement notre mouvement naturel intérieur. L’être authentique en nous ne correspond à aucune étiquette, n’est pas définissable par des qualificatifs limitatifs, il EST, c’est tout. Fidèle aux lois universelles du mouvement permanent, il évolue sans cesse, naturellement porté à croître et s’épanouir.

Lorsque vous arrivez à cet état de confusion et d’apathie dans lequel vous ne ressentez plus qui vous êtes ni ce à quoi vous aspirez, vous êtes en réalité au milieu d’une formidable vague d’énergie. Votre être profond est en fait en train de déployer des forces incroyables pour attirer votre attention. Votre être profond, authentique, qui vous êtes vraiment, souhaite maintenant que vous vous réveilliez, que vous preniez conscience du déséquilibre installé dans votre vie entre la place accordée au personnage régi par un système de croyances rigides et vos aspirations profondes. Cette situation très désagréable est en fait, si vous faites le choix de vous mettre à l’écoute de ce qui cherche à se faire entendre depuis le fin fond de votre être, un appel au nouveau départ. C’est un appel de votre âme à revenir sur la voie de votre être authentique délaissé jusque là. C’est grâce à cet être authentique que vous êtes en vie, sans lui, vous n’êtes plus qu’un automate, piloté par des programmes préfabriqués. Cet être véritable nous envoie en permanence des signaux pour nous guider à travers nos sensations et nos émotions. Si nous ne prenons pas en compte ces informations, elles sont stockées derrière un barrage et viennent s’y amasser au fur et à mesure. Lorsque vous faîtes trop longtemps la sourde oreille à ces appels, le barrage finit un jour par craquer. En général, cette rupture du barrage est tellement violente qu’elle déclenche un mécanisme de protection que l’on appelle la dissociation. Pour ne pas perdre pieds au milieu de ce véritable tsunami émotionnel qui est soudain libéré, nous nous coupons de toute sensation, de toute information provenant de l’intérieur comme de l’extérieur. C’est une auto-anesthésie qui nous évite de devenir fou dans ce tourbillon d’information. C’est elle qui provoque la sensation de flotter en dehors de la réalité, d’être en décalage et de ne plus ressentir le “goût” de vivre.

En quoi est-ce une bonne nouvelle? Aussi inconfortable que soit cette période de rupture du barrage, elle annonce un changement. Votre âme a dit STOP! Vous ne pouvez plus continuer à vous ignorer ainsi. Cette rupture intérieure n’est pas réversible. Vous pouvez bien sûr choisir de continuer d’ignorer cette déferlante en vous aidant de la chimie mais alors le décalage en vous ne sera que plus important au fil du temps. Vous pouvez aussi choisir de prêter attention à ce déroutant phénomène qui s’amorce en vous.

Comme je le disais plus haut, il s’agit d’un phénomène de transition. Votre être profond n’est plus en accord avec la situation que vous vivez, il est arrivé à saturation et a besoin maintenant de reprendre sa place. Il va pour cela falloir développer beaucoup de patience et bienveillance envers vous-même. Beaucoup de douceur. Il y a en vous un être pétri de talents et de vie qui trépigne, retenu captif depuis si longtemps. Cette rupture du barrage est un véritable appel au réveil, une invitation à mettre du sens, à faire le tri, à réaligner votre vie à ce qui vous anime profondément. Cet appel est le déclencheur de votre nouvelle vie, celle pour laquelle vous êtes fait, celle pour laquelle vous êtes là. Il est temps de regarder en vous pour apprendre à distinguer le personnage de votre véritable être profond. Il est temps de regarder en vous pour vous rencontrer vraiment. Il est temps de VIVRE…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *